Prime energie CEE: présentation du dispositif

Comment fonctionne le dispositif de prime énergie CEE ?

À l’époque où nous vivons, il est rare de trouver quelqu’un qui n’est pas au courant des dommages qui ont été causés et qui continuent de l’être à l’environnement. Le changement climatique et la rareté de certaines ressources ont été sur toutes les lèvres ces dernières années. Ce que beaucoup de gens ignorent, c’est qu’une grande partie des dommages que nous causons à la planète est causée par les bâtiments dans lesquels nous vivons. Un exemple est celui de la ville de New York où 79% des gaz polluants émis dans l’atmosphère proviennent des bâtiments, laissant seulement 21% aux véhicules.


QUELLES MESURES ONT ÉTÉ PRISES ?

Dans le but de parvenir à une société plus efficace dans l’utilisation et la gestion durable des ressources naturelles et des écosystèmes, le Parlement européen a publié le 25 octobre 2012 la directive 2012/27/UE sur l’efficacité énergétique, qui impose à tous les États membres de l’Union européenne de présenter un plan d’action visant à réduire considérablement la consommation énergétique dans chaque pays. En Espagne, nous avons aujourd’hui le Plan d’action national pour l’efficacité énergétique 2017-2020.


LES RESTRICTIONS DE CIRCULATION NE SONT-ELLES PAS SUFFISANTES ?

Ces dernières années, plusieurs villes du monde entier ont commencé à prendre des mesures pour réduire leur niveau de pollution et devenir plus durables. La plupart de ces mesures sont liées à l’automobile et à la circulation, avec des interdictions de conduire et de stationnement ou des incitations à l’achat de véhicules hybrides et électriques. Malheureusement, ces mesures ne suffisent pas, car les niveaux de pollution très élevés sont en grande partie causés par leurs bâtiments, devenant la cause d’un tiers des émissions polluantes dans certaines villes.

Les bâtiments sont non seulement très polluants, mais ils consomment également une énorme quantité de ressources énergétiques. En Espagne, près de 20% de l’énergie consommée est due exclusivement au logement. Le problème qui existe en Espagne et dans de nombreux autres pays est que les bâtiments qui composent les plus grandes villes sont déjà très anciens. Sur les 25 millions de foyers de notre pays, plus de la moitié ont plus de 40 ans et ont donc été construits sans aucune réglementation sur les conditions thermiques ou l’efficacité énergétique. Ce n’est qu’en 1979 que les premiers règlements de base en matière de construction sont apparus en Espagne. De plus, avec l’incorporation des certificats d’efficacité énergétique, nous savons maintenant que plus de 80% des bâtiments espagnols se situent entre « E » et « G », c’est-à-dire polluent et dépensent beaucoup d’énergie.


QUE DEVRIONS-NOUS FAIRE DES BÂTIMENTS ?

L’une des lignes directrices fixées par l’Union européenne en matière d’efficacité énergétique exige que tous les nouveaux bâtiments aient une consommation d’énergie quasi nulle ou nZEB (Presque Zéro Energie Bâtiments) à partir du 31 décembre 2020. Dans le cas des nouveaux bâtiments qui seront occupés et qui sont de propriété publique, la date sera le 31 décembre 2018.

Cette mesure va changer la façon dont nous construisons en Espagne et dans le reste de l’Europe, il ne suffira plus de placer un matériau isolant sur la façade ou de mettre le système de climatisation que nous voulons.

MAIS QU’EST-CE QU’UN BÂTIMENT À CONSOMMATION QUASI NULLE ?

Trouver la définition de ce type de bâtiment n’est pas une tâche facile. Tout d’abord, nous devons chercher « Décret royal 564/2017 du 2 juin, qui approuve la procédure de base pour la certification de l’efficacité énergétique des bâtiments. Ce décret nous donne une définition qui dérive du « Décret Royal 56/2016 du 12 février sur l’efficacité énergétique » qui nous donnera une nouvelle définition qui nous dérivera à nouveau vers une autre réglementation, en l’occurrence, la directive européenne 2010/31/UE. Cette directive européenne nous donne enfin une définition :

« Bâtiment présentant un très haut niveau d’efficacité énergétique, à déterminer conformément à l’annexe I. La quantité d’énergie presque nulle ou très faible requise devrait être couverte, dans une très large mesure, par l’énergie produite à partir de sources renouvelables, y compris l’énergie produite sur place ou dans l’environnement ».